Pendik Escort
1xbetm.info hipas.info wiibet.com mariobet giriş restbetcdn.com

Présentation de la faculté

Fondée en 1902 en tant qu’institution privée par un groupe d’Haïtiens dont certains étaient diplômés de grandes écoles d’ingénieurs françaises, l’École des Sciences Appliquées (ESA) devenue plus tard École Polytechnique avait pour mission à l’origine de former des conducteurs de travaux et des directeurs d’exploitations agricoles. Parallèlement ont existé la Faculté des sciences dirigée par le professeur Lucien Hibbert, et l’École d’arpentage. Il faut noter que M. Lucien Hibbert le doyen de la Faculté des Sciences est vraisemblablement le premier docteur en mathématiques haïtien. Les trois institutions ont ensuite fusionné pour devenir l’actuelle Faculté des Sciences. Cette dernière, qui est régie par le décret du 23 janvier 1969, a la triple mission de former des scientifiques (mission de l’ancienne Faculté des Sciences), des ingénieurs (mission de l’ancienne École Polytechnique) et des techniciens supérieurs (élargissement de la mission de l’ancienne École d’arpentage).

 

Comme conséquence du fusionnement mentionné ci-dessus, l’actuelle Faculté des Sciences, dont le sigle est « FDS », a trois composantes que l’on pourrait assimiler à trois écoles :
L’École des Sciences qui est appelée à gérer l’enseignement scientifique pour toute l’institution, développer la recherche pure et appliquée dans tous les domaines susceptibles de contribuer à l’avancement culturel, scientifique et technologique du pays. Une licence générale de chimie et une maîtrise eau et environnement fonctionnent depuis un certain temps déjà. Le laboratoire de chimie fournit des services à la communauté.
L’École de Génie, ou École polytechnique, ou encore École des Sciences appliquées, dont la mission principale est de former des ingénieurs et des architectes de haut niveau de compétence, et de développer de concert avec l’École des sciences la recherche appliquée. Cette école délivre en plus des diplômes d’ingénieurs et d’architectes un mastère en bases de données et intégration de systèmes (MBDS) de concert avec l’Université de Nice Sophia Antipolis.
L’École Technique chargée de former des techniciens en deux ans. Seule la topographie existe pour le moment. D’autres formations techniques de courte durée sont appelées à voir le jour dans un avenir très proche, que ce soit en informatique, mécanique, électrotechnique, électronique, statistique, chimie, etc.

 

Les filières d’enseignement

 

La formation des topographes se fait en deux ans à partir du niveau initial de la classe de Première du cycle secondaire.

 

La formation des scientifiques et des ingénieurs est organisée en deux cycles.
  • Le premier cycle scientifique, d’une durée de deux années appelées MPC 1 et MPC 2, fournit une formation à dominante mathématiques et physique.
  • Le deuxième cycle s’étale sur trois années pour le diplôme d’ingénieur en architecture, génie civil, génie électromécanique et génie électronique respectivement. Des formations en génie sanitaire, hydraulique agricole, géotechnique, mathématiques-physique et géologie existèrent pendant quelques années puis furent interrompues.
  • La section de chimie fonctionne suivant le système européen LMD, son premier cycle dure trois ans (LC 1, LC 2, LC 3) et son deuxième cycle deux ans (MC1, MC2)

 

Le corps professoral

 

Il est constitué essentiellement de professionnels intervenant à temps partiel dans l’enseignement. Des efforts ont été entrepris pour augmenter le nombre d’enseignants à plein temps.

 

Considérations générales sur l’enseignement

L’enseignement universitaire se décline traditionnellement en enseignement magistral, enseignement dirigé et enseignement pratique. L’enseignement magistral se donne dans les amphithéâtres pour toute la classe. Il est assuré par le titulaire ou par un chargé de cours travaillant sous sa supervision. L’enseignement dirigé se donne en petits groupes par des assistants. Ces derniers sont chargés de réviser la théorie avec les étudiants, les entrainer à la résolution des exercices, et assurer l’évaluation par la correction des devoirs et des examens. L’enseignement pratique se donne dans les laboratoires où des manipulations permettent de mieux comprendre les théories développées dans le cours, et dans les ateliers où il s’agit de développer l’aspect technologique de l’enseignement par des réalisations pratiques. L’enseignement pratique peut aussi se donner en amphithéâtre à l’aide de démonstrations ou de simulations sur ordinateurs.

 

L’enseignement magistral et l’enseignement dirigé

  • Un certain nombre d’amphithéâtres sont prévus dans le projet pour la dispensation des cours théoriques. Ces amphithéâtres devront être équipés des nouvelles technologies de l’information et de la communication afin de pouvoir atteindre un maximum d’étudiants. Dans le même ordre d’idée des équipements pour l’enseignement à distance seront aussi indispensables.
  • L’enseignement dirigé se donne dans de petites classes (classes de TD)

 

L’enseignement pratique et technologique

L’enseignement pratique se faisait dans quelques laboratoires plus ou moins bien équipés. Avant le tremblement de terre du 10 janvier 2010 la Faculté des Sciences disposait des laboratoires et de l’atelier suivants :
  • 1 laboratoire de physique
  • 1 laboratoire de chimie pour l’enseignement
  • 1 laboratoire de chimie pour la recherche (URE : Unité de Recherche en Eau)
  • 1 laboratoire de mécanique des fluides
  • 1 laboratoire de mécanique des sols et de géotechnique (URGéo : Unité de Recherche en Géotechnique)
  • 1 laboratoire d’électronique, d’électrotechnique et de télécommunications
  • 1 atelier de production de matériels didactiques.

 

L’enseignement technologique doit fournir des savoirs à l’étudiant, il doit aussi le munir de savoir-faire. Le projet de construction inclut des ateliers et laboratoires.

 

Site actuel de la Faculté des Sciences

 

Le site actuel est un rectangle de quatre-vingt sept (87) mètres par soixante et un (61) mètres environ. Suite au séisme du 12 janvier et aux dommages structuraux dans les deux (2) principaux bâtiments, ces derniers ont été démolis. Cinq (5) hangars ont été érigés en vue d’héberger les salles de classe temporaires. Depuis avril 2011, trois (3) constructions modulaires, plus durables et de meilleure qualité, ont été construites. Elles hébergent l’administration, la bibliothèque, une salle informatique et des bureaux pour les enseignants. Le bâtiment situé à la partie Ouest du site a résisté au séisme, mais a été endommagé lors des travaux de démolition d’un des bâtiments affectés par le séisme.

 

Le projet de reconstruction peut être vu comme ayant deux phases, dont la première concerne le site actuel. Des terrains contigus au site de la FDS, vont être donnés pour constituer un pôle de l’institution au centre-ville, en plus du campus principal de Damien. La phase II concernerait l’aménagement du site étendu.
Le site actuel et les extensions prévues font partie de la Cité Administrative dans l’espace du « pôle universitaire et Cité de la Santé » (bloc de l’Hôpital de l’Université d’Etat d’Haïti).